Proposition de Chartre

Charte maternelle juin 2008


Proposition de charte pour les écoles maternelles


Préambule
Ceci ne constitue pas un règlement mais, un ensemble de principes de fonctionnement permettant
d'apporter, au quotidien, une réponse adaptée aux besoins des élèves, et de manière plus large, à la communauté
éducative. Le règlement qui s'applique à chaque école maternelle ou élémentaire est, et reste, le cadre départemental
qui figure dans le bulletin départemental N°813 d'octobre 1994, et qui a été élaboré sur la base de la circulaire
n° 91-124 du 6 juin 1991.


Cette réflexion s'appuie par ailleurs sur le document « Pour une scolarisation réussie des tout-petits » publié
par le ministère de l'Éducation nationale.
La demande sociale conduit actuellement à accueillir des enfants de plus en plus jeunes. L'Ecole doit
considérer avec une particulière attention ses relations avec les parents, souvent très sensibles à ce moment de
séparation d'avec leur enfant.
Il ne serait pas bon d'accepter qu'une prise en charge de plus en plus précoce des enfants (et pour des journées de
plus en plus longues), puisse contribuer à tenir les familles à distance de leurs responsabilités éducatives.
Il appartient certainement à l'école maternelle de transmettre aux familles une information qui facilite une
coéducation véritable, tout en conservant la part de responsabilité des uns et des autres. De la qualité de cette
information dépend pour partie la réussite du projet éducatif. Avec les élus et les partenaires locaux, l'Ecole doit
rechercher des conditions d'accueil à la mesure des besoins spécifiques des tout-petits car il ne peut s'agir de
scolariser à tout prix et à n'importe quelle condition.
Cette information s'appuie sur plusieurs points :


I L'admission à l'école maternelle et la fréquentation.


On se reportera à la circulaire citée plus haut, s'agissant des modalités d'admission.
En ce qui concerne la fréquentation, il est nécessaire de rappeler aux familles que « l'inscription à l'école
maternelle implique l'engagement, pour la famille, d'une bonne fréquentation souhaitable pour le développement
de la personnalité de l'enfant et le préparant ainsi à recevoir l'information donnée par l'école élémentaire. À défaut
d'une fréquentation régulière, l'enfant pourra être rayé de la liste des inscrits et rendu à sa famille par le
directeur de l'école qui aura, préalablement à sa décision, réuni l'équipe éducative prévue à l'article 21 du décret
n° 90-788 du 6 septembre 1990 ». Le règlement départemental précise que « Toute absence sans motif valable
excédant un mois entraînera la radiation de l'inscription de l'enfant ».
Les programmes de 2008 rappellent que " L'école maternelle a pour finalité d'aider chaque enfant, selon des démarches
adaptées, à devenir autonome et à s'approprier des connaissances et des compétences afin de réussir au cours préparatoire les
apprentissages fondamentaux.".
En rappelant aux familles la nécessité d'une bonne fréquentation, on rappelle que la maternelle est une véritable
école et n'est pas une garderie. Bien évidemment, les absences pour des raisons physiologiques ou incapacité de
couchage sont recevables.
Le travail des enseignants axé sur les programmes nationaux en vigueur, s'inscrit dans la durée et s'appuie sur
la présence suivie et continue des élèves. Il est donc nécessaire que l'esprit de la réglementation soit
systématiquement mis en oeuvre.


II Les conditions d'accueil à la maternelle


  • D'un point de vue matériel

On se reportera au tableau récapitulatif des surfaces indicatives pour l'école maternelle (Construire des écoles -
Centre de conseil technique aux collectivités territoriales - MEN)
Pour accueillir les élèves dans des conditions satisfaisantes et conformes aux objectifs assignés par les programmes,
toute école maternelle doit comporter :
-un espace d'accueil;
- des salles de classe;
- un ou des lieux de repos ;
- une cour de récréation
- un ou des lieux d'éducation physique et d'évolution;
- des salles de propreté.
Chacune de ces salles a une destination unique et repérée. L'existence de centres de loisirs associés aux écoles ne
doit pas avoir pour effet de réduire de manière sensible les espaces dévolus à l'EPS.

  •  D'un point de vue pédagogique

Les temps passés à l'école maternelle peuvent être regroupés en temps pédagogiques dévolus aux apprentissages, et
en temps éducatifs qui concernent l'éducation (accueil, passage aux toilettes...) et auxquels les familles peuvent
être associées.

  • Les temps éducatifs :

- l'accueil. Celui-ci est effectué durant les 10 minutes qui précèdent l'entrée réglementaire en classe (durée de la
demi-journée de classe : 3 heures consécutives)
- les temps de remise des élèves à leurs parents ou aux structures d'animation.
Le respect des horaires par les familles est une nécessité dès la maternelle. Le temps d'accueil ne doit pas se
prolonger abusivement. Il doit se faire en classe en proposant aux élèves des activités ludiques et structurantes ;
un moment calme qui constitue une transition avec le cadre familial.
On profitera utilement de ce temps d'accueil pour permettre aux élèves de montrer leur présence à l'aide d'un
matériel qui sera exploité lors de la phase de regroupement.
En permettant aux familles d'accompagner leur enfant jusqu'à la porte de la classe, on peut facilement gérer les
opérations de déshabillage et de passage systématique aux toilettes. Ceci évite de devoir conduire les élèves aux
toilettes, juste avant ou après le regroupement.
De la même façon, on veillera à ne pas prolonger abusivement le moment de la remise des élèves à leurs parents
ou aux structures d'animation.
- Les temps de récréation compris entre 15 et 30 minutes par demi-journée (horaires des écoles maternelles et
élémentaires) doivent être proposés au milieu de demi-journée pour être profitable.
- les temps de passage aux toilettes, et les modalités de passage.
Il est nécessaire que les élèves puissent se rendre régulièrement aux toilettes. En revanche, le passage collectif aux
toilettes constitue une perte de temps sans réel bénéfice éducatif ni pédagogique, reste à éviter.
On veillera à limiter le temps total dévolu à ces activités (habillage, déshabillage, déplacements, récréation, passage
aux toilettes).
- la sieste.
Lorsque les conditions matérielles ne permettent pas le repos de tous les élèves les plus jeunes, ceux qui déjeunent à
la cantine peuvent être considérés comme prioritaires.
Les élèves qui déjeunent à la cantine.
Le meilleur moment pour commencer la sieste suit immédiatement le déjeuner et il est préjudiciable de faire
attendre un enfant qui a sommeil. Si le déjeuner a lieu à 12 heures, il est nécessaire de coucher les élèves vers 12 h
30 avec la collaboration des animateurs de l'interclasse. Le cycle complet de sommeil est d'une durée comprise entre
1 h 30 et deux heures. Dans ces conditions, des activités scolaires peuvent reprendre pour ces élèves à 14 h 30.
Il sera donc nécessaire de rechercher le partenariat des municipalités afin que les jeunes enfants qui déjeunent à la
cantine soient couchés après le repas.
Il reste que chaque élève a des besoins spécifiques en matière de sommeil. Ainsi, un élève qui n'est pas endormi
alors qu'il est couché depuis 20 minutes devrait être relevé car il n'a sans doute pas besoin de dormir ce jour-là. La
Charte_maternelle_juin_2008.doc Page 3 sur 3
sieste ne saurait être une activité obligatoire.
Les élèves qui déjeunent chez eux.
Il faut inviter les familles à coucher leur enfant après le repas. Dès lors, il faut prévoir pour eux un accueil à l'école à
14 h 30 ou à 15h, en précisant cette disposition dans le règlement intérieur. Il s'agit de différer l'heure d'entrée pour
ces élèves, et non pas d'organiser un accueil échelonné. Les écoles ajusteront cette disposition en fonction des
réalités locales.
Dans ces conditions, tous les élèves de toute petite section ou de petite section peuvent reprendre une activité à
14h 30 ou à 15h. Deux heures effectives de temps pédagogiques peuvent alors être proposées aux élèves l'aprèsmidi.
Les élèves qui font la sieste en début d'après-midi doivent bénéficier à leur lever, d'activités rassurantes.
- la collation
Une collation éventuelle doit être au service d'une éducation à l'alimentation et ne doit pas se situer trop près des
heures de repas. On privilégiera donc un menu hebdomadaire organisé par l'équipe enseignante qui inclut des fruits,
en limitant la consommation de produits sucrés. La seule boisson à privilégier est l'eau.
Si la collation a pour but de pallier l'absence de petit-déjeuner, elle doit être prise dès l'arrivée en classe.
La collation de l'après-midi ne semble pas se justifier et lorsqu'elle existe, doit faire l'objet d'une limitation de
l'apport calorique.

  • La rentrée scolaire :

Le premier jour de classe est un moment très important pour la socialisation des nouveaux élèves : il pourra être
envisagé d'organiser une rentrée échelonnée dans le cadre du projet d'école. En ménageant un temps d'accueil
spécifique pour les nouveaux arrivants de petite section, on peut les faire rentrer progressivement dans le groupe des
enfants de l'école.
Cette rentrée échelonnée ne s'étalera pas au-delà de deux jours et doit faire l'objet d'une demande d'autorisation
auprès de l'IEN de la circonscription. Les élèves, une fois rentrés, doivent fréquenter leur classe régulièrement.


III L'organisation des classes


Classe à un cours ou classes à plusieurs cours.
On se reportera au tableau présentant les avantages et inconvénients de chaque type d'organisation (Pour une
scolarisation réussie des tout-petits - CNDP - p 21). Chaque fois que cela sera possible, on organisera des classes
multi âges, notamment pour favoriser la stimulation langagière des plus petits et pour instaurer un possible tutorat
des plus grands envers les plus petits.
Le pourcentage d'enfants de deux ans scolarisés ne peut, en l'état actuel, conduire à avoir des classes d'élèves de
deux ans.


IV L'emploi du temps


Bien évidemment, il sera directement lié à l'organisation des classes. Toutefois, il doit prendre en compte :
- les domaines d'enseignements stipulés dans les programmes
- les horaires de classe (3h + 3h)
- les récréations : deux fois trente minutes placées de façon à équilibrer les demi-journées
- l'utilisation des locaux (planning arrêté en conseil des maîtres)
- une séance d'EPS de 30 à 45 min (le début d'après-midi n'est pas favorable)
- la durée des regroupements

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site